25 octobre 2019

Tour d'horizon des productions OSR en français

La création de l'Open Game License en 2000 a engendré une multitude de clones d'anciens jeux de rôle, plus ou moins pratiqués. Si c'est l'éditeur Wizards of the Coast qui ouvrit la boîte de Pandore, c'est aussi lui qui vît fleurir le plus d'itérations de sa poule aux œufs d'or ; Dungeons & Dragons. Les adeptes des house rules et du DIY y virent l'occasion de publier, de façon amateure ou professionnelle, leur version idéale du vénérable ancêtre du jeu de rôle, provocant l’enthousiasme (et parfois l'ire) de nombreux nostalgiques du dungeon crawling. Le mouvement Old School Revival (ou Renaissance) était né. Qu'ils soient "quasi", "néo" ou "rétro", c'est évidement aux Etats-Unis, patrie de D&D, que naquirent le plus de clones. Ainsi, à  l'apogée du mouvement (vers 2012), on en comptait une bonne trentaine, dont la majorité était écrite dans la langue de Shakespeare Gygax. À l'heure où le mouvement semble doucement ronronner, je vous propose de faire un tour d'horizon des productions francophones.
  • Aventures Fantastiques, de Nicolas Dessaux. Rétroclone mixant D&D et AD&D.
  • Aventuriers de l'inconnu, de Nicolas Dessaux. Les règles de D&D optimisées et résumées en une cinquantaine de pages.
  • Basic Fantasy, de Chris Gonnerman et traduit en français par Elwing. Néoclone des basic rules (la fameuse boîte rouge) de D&D.
  • The Black Hack, de David Black et traduit par Bruno Bord. Une version minimaliste et fun du D&D originel.
  • Diceless Dungeons, de James et Robyn George et traduit par John Grümph. Jeu de rôle old school et minimaliste qui a la particularité de se jouer sans dé.
  • Donjon, de Clinton R. Nixon et édité en français par 500 nuances de geek. Old school ET narrativiste.
  • Dungeonslayers, de Christian Kennig et traduit par Mathieu Grégoire-Racicot et Joël Allard. Un "jeu de rôle à l'ancienne" (dixit le manuel des règles) qui lorgne plus du côté de l'Œil Noir que de D&D.
  • Dungeon World, de Sage LaTorra et Adam Koebel et édité en français par 500 nuances de geek. Orienté à la fois jeu de société, old school et narrativiste.
  • Épées et sorcellerie, de Nicolas Dessaux et David Macauley. Quasi-clone de la toute première édition de D&D.
  • Lamentations of the Flame Princess, de James Edward Raggi IV et publié en français par Black Book Éditions.
  • OpenQuest, de Newt Newport et traduit par l'équipe du Scriptorium. Retro-clone de RuneQuest.
  • OSRIC, de Matthew Finch et Stuart Marshall et traduit par Emmanuel Brunet. Rétroclone de la première édition de AD&D.
  • Portes, Monstres & Trésors, de James Manez. Une traduction de Labyrinth Lord, un rétroclone des règles basic et expert de D&D. Existe aussi dans une édition Règles Avancées.
  • Tranchons & Traquons, de Kobayashi. Un autre jeu d'inspiration old school qui n'utilise pas de mécanismes dérivés de D&D.
  • Tunnels & Trolls, de Ken St Andre et traduit par Patrice Geille pour la 8ème édition. Difficile de faire plus old school, le jeu est né en 1975 !
Enfin, j'aimerai parler du fantastique travail de traduction des membres du site Le Donjon du Dragon et de leur webzine La Gazette du Donjon.

Si vous avez connaissance d'autres productions en langue française, n'hésitez pas à m'en faire part dans les commentaires !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire